Le lactose

Le lactose est le seul glucide du lait et c’est un glucide simple

Intolérance au lactose ?

1. Le lactose est digéré dans l’intestin par une enzyme : la lactase. Chez les individus souffrant d’une intolérance au lactose, on observe un déficit en lactase. Tout le lactose n’est donc pas digéré et fermente alors dans l’intestin générant des troubles digestifs.

2. L’intolérance au lactose est due à un problème de digestion du lactose présent dans le lait.

On peut en distinguer deux types :

La déficience congénitale en lactase (DCL) est une affection très rare qui se traduit par une incapacité totale à fabriquer de la lactase, et ce dès la naissance. Seule une douzaine de cas a été répertoriée dans le Monde à date, en Finlande pour la plupart(1).
L’intolérance au lactose dont on parle le plus fréquemment (encore appelée hypolactasie ou maldigestion) est liée à une diminution naturelle et progressive de la production de lactase et surtout de son activité qui baisse de 90 à 95(2). Son ampleur varie selon les pays. En France, l’intolérance au lactose touche environ 20 à 40 % de la population(3). Elle concerne 17% des Finlandais(4) alors qu’elle est beaucoup plus fréquente en Afrique et en Asie où plus de 80 % des individus ont un déficit en lactase(3).

L’activité de lactase diminue naturellement avec l’âge : la prévalence de l’intolérance au lactose a donc tendance à s’accentuer au cours de la vie(3, 5). On peut aussi observer une intolérance au lactose lors de maladies qui touchent et endommagent l’intestin.

Chez la plupart des personnes concernées (mais pas toutes), il s’ensuit un inconfort digestif.

3. Pour que les personnes tolérant mal le lactose puissent consommer du lait malgré tout, il existe des laits délactosés, comme GrandLait léger & digeste. Il est transformé pour contenir moins de lactose qu’un lait standard. Par ailleurs, il est bon de savoir que les laits fermentés, les yaourts et les fromages contiennent moins de lactose que le lait standard.

Il contribue à la saveur légèrement sucrée du lait. Tous les laits contiennent naturellement du lactose, en plus ou moins grande quantité. Le lait de vache n’est pas le lait le plus riche en lactose – c’est le lait maternel qui en est le plus riche.

Produit (pour 100ml) Glucides (en g)
Lait de vache écrémé 4,7
Lait 1/2 écrémé 4,7
Lait de vache entier 4,7
Lait de chèvre 4,5

 

Répertoire général des Aliments – CIQUAL– Edition Tec & Doc (1995).

Les procédés d’écrémage utilisés pour le lait de vache ne modifient pas sensiblement sa teneur en lactose. Les laits entier, demi-écrémé ou écrémé contiennent donc la même quantité de lactose. En revanche, la fabrication des yaourts ou des fromages, faisant intervenir une fermentation, permet de détruire une grande partie du lactose.

Quelques effets avérés du lactose sur notre organisme

Le lactose a plusieurs effets bénéfiques sur l’organisme.

Il participe activement au développement des nourrissons dont le lait est le seul aliment.
Il augmenterait l’absorption du calcium au niveau de l’intestin et optimiserait ainsi son utilisation(6, 7, 8)
Le lactose favoriserait le développement des bactéries lactiques au niveau de l’intestin. Or, ces bactéries permettraient de limiter le développement de micro-organismes indésirables et protègeraient ainsi notre organisme contre certaines maladies, notamment en stimulant nos défenses immunitaires(8, 9, 10).

SOURCES :
(1) Vesa et al. (2000). Lactose intolerance. J Am Coll Nutr 19 :165S-175S.
(2) Données fabricant.
(3) Apfelbaum et al. (2004). Diététique et nutrition. 6ème édition. Editions Masson.
(4) Vesa et al. (1996). Tolerance to small amounts of lactose in lactose maldigesters. Am J Clin Nutr 64:197-201.
(5) Swagerty et al. (2002). Lactose Intolerance. American Family Physician, 65:1845-1850.
(6) Pansu & Chapuy (1969) Calcium absorption enhanced by lactose and xylose. Calcified Tissue International, 4, 155-156.
(7) Stathos et al. (1996) Effect of carbohydrates on calcium absorption in premature infants. Pediatric Research, 39, 666-670.
(8) Laloux, J. (2002) Lait de vache et santé. Septième Carrefour des productions animales.
(9) Perdigon et al. (1990). The oral administration of lactic acid bacteria increase the mucosal intestinal immunity in response to enteropathogens. Journal of Food Protection, 53, 404-410.
(10) AFSSA (2005). Effets des probiotiques et prébiotiques sur la flore et l’immunité de l’homme adulte. Rapport de l’AFSSA. www.afssa.fr.